Investis en toi – le développement personnel


3 mn de lecture

Reading Time: 3 minutes

J’ai saisi le sens réel de l’investissement alors que j’étais totalement en crise. Je n’avais pas un sou en poche et mon moral était au plus bas. Malgré ces fâcheuses circonstances, mon premier placement m’a permis de retirer 200%, voire 300% de bénéfices dès la fin de l’année. Je vous explique :

Mon premier investissement

Tout a commencé avec un budget vraiment moindre : 30 euros. J’ai trouvé cette somme dans la rue, à même le sol.  J’étais complètement fauché à l’époque, mais cette petite opportunité ouvrait la porte à une multitude de choix. Que pouvais-je faire ? Je pouvais m’offrir un plaisir instantané : quelque chose du genre un menu chez Mcdonald ou KFC et faire autre chose de ma monnaie, acheter un beau haut ou les mettre de côté pour acheter un de ces gadgets à la mode ou de nouvelles chaussures (souvenez-vous de ce que je disais : il y a quelques années en arrière, j’étais un très mauvais gestionnaire). Mais je n’ai rien fait de tout ça. J’ai été divinement inspiré de suite et j’ai fait de cet argent un usage intelligent : je me suis offert un livre.

En à peine quinze minutes de lecture, mon achat m’a procuré un sentiment d’espoir. J’avais sous les yeux un point de vue complètement différent du mien concernant la finance. J’ignorais totalement qu’une si petite somme pouvait rapporter autant.

L’acquisition de connaissances est un passeport pour le futur. C’est ce que j’appelle aujourd’hui un Retour Sur Investissement Mental (RSIM). Si vous souhaitez investir et que vous avez de faibles moyens, commencez par investir dans votre esprit et dans votre corps.

Investir dans son esprit

Zig Ziglar disait :  « Vous pouvez augmenter votre revenu, votre plaisir, changer votre existence… en investissant dans votre esprit ». C’est exactement ce que j’ai fait. J’ai commencé à investir dans mon potentiel lorsque j’ai assimilé mon esprit à une banque de données dans laquelle je pouvais renseigner différents types de solutions. Et ça fonctionne !

A chaque fois que je me retrouve confronté à une difficulté, il (mon esprit) apporte à mon cerveau les éléments dont j’ai besoin pour aller de l’avant. C’est le même processus pour tous. Plus une personne aura des références dans son esprit, plus elle sera à même de s’en servir au moment opportun.

Comment investir dans son esprit, me direz-vous ? Rien de plus simple. Il faut acquérir de nouvelles connaissances.

Dès que vous en avez l’occasion, inscrivez-vous à des ateliers, participez à des conférences ou joignez-vous à des webinaires. Lisez des livres, des articles de blog et tout ce qui concerne le talent ou la compétence sur laquelle vous souhaitez progresser.

Il y a en chaque individu, une source de créativité qui n’attend que d’être exploitée, de voir les problèmes et les solutions sous différents angles. Seulement, il est important de garder à l’esprit une chose : il s’agit d’un placement à long terme. Plus vite vous commencerez à investir, plus vite votre capital prendra de la valeur.

Investir dans son corps

La médecine chinoise reconnaît depuis des décennies la présence d’une énergie dans le corps appelée chi ou qi. Lorsque cette énergie augmente, le degré de vivacité et d’agilité augmente. A l’inverse, lorsqu’elle diminue, le niveau de stress et d’anxiété augmente. En somme, nous fonctionnons un peu comme des véhicules. Nous avons besoin de faire quotidiennement le plein d’énergie pour être performant. Et où trouve-t-on cette énergie ? Dans le sport et l’alimentation.

Investir dans une activité sportive régulière est une des clés qui permet d’atteindre des résultats significatifs. C’est paradoxal me direz-vous. Quand on fait du sport, on dépense de l’énergie. C’est tout à fait vrai, mais les psychologues expliquent que pratiquer un sport peut à la fois augmenter le niveau d’énergie et améliorer les capacités cérébrales.

La deuxième recette pour fournir à son corps le plein d’énergie consiste à manger de façon équilibrée. Un blog de nutritionniste saura mieux vous renseigner, mais je peux néanmoins vous donner un conseil simple comme le fait de consommer des aliments frais et entiers. Il s’agit de consommer plus de fruits et de légumes et/ou de préférer les jus “100% pur fruit pressé” aux nectars et aux boissons gazeuses, sans oublier de boire plus d’eau.

Conclusion

Investir dans son corps et son esprit exige un budget, mais n’oublions pas qu’il est question de recevoir 200, voire 300% de plus que ce qui a été engagé. D’ailleurs si vous n’investissez pas en vous, qui le fera à votre place ?

Du côté de Psychologie Magazine

  • Pourquoi je ne supporte pas qu’on me touche ?Pourquoi je ne supporte pas qu’on me touche ?
    J’ai 23 ans et j’ai été adoptée à 5 ans en Roumanie. J’angoisse dès que je vois une partie de…
  • Lâcher prise, c’est accepter ses limitesLâcher prise, c’est accepter ses limites
    A force de vouloir contrôler tout ce qui nous entoure, nous gaspillons notre énergie et perdons notre sérénité. D’où le…
  • Arrêtons de croire à la famille idéale !Arrêtons de croire à la famille idéale !
    Nous avons tous en tête une famille de rêve. Différente pour chacun, elle tourne toujours autour de quatre fantasmes :…
  • Retrouver ses sensations alimentairesRetrouver ses sensations alimentaires
    Régimes, interdits, grignotages brouillent les signaux de la faim et de la satiété, et nous poussent à manger n’importe quoi,…
  • Mettez-vous en vacancesMettez-vous en vacances
    En été, faites ce qui vous sied, apprenez le farniente, entrez dans la vacuité. Un changement de rythme, physique et…
  • Le vieillissement peut être une expérience fécondeLe vieillissement peut être une expérience féconde
    Sans déni ni renoncement, vieillir est l’occasion d’un nouveau rapport à soi, plus serein et plus libre, nous expliquait Danièle…
  • Décider de ne pas être mère, un choix encore difficile à faire accepterDécider de ne pas être mère, un choix encore difficile à faire accepter
    Dans son livre J’ai décidé de ne pas être mère, Chloé Chaudet raconte son histoire et confie ses convictions et…
  • « Une grossesse qui se passe mal à la campagne, c’est la double peine »« Une grossesse qui se passe mal à la campagne, c’est la double peine »
    A 37 ans, Miske est partie vivre à la campagne avec son mari et sa fille. Au printemps 2021, elle…
  • Je voudrais des clés pour aider ma mère.Je voudrais des clés pour aider ma mère.
    Je voudrais des clés pour aider ma mère. Sophie, 14 ans ...
Propulsé par Flux RSS WordPress