Les 7 habitudes communes aux riches


6 mn de lecture

Reading Time: 6 minutes

Pourquoi parle t-on d’habitudes de riches et de pauvres ? Nous savons tous que les gens fortunés sont des humains comme vous et moi. Mais qu’est-ce qui les rend si différents ? Sont-ils plus intelligents ? Plus déterminés ? Plus malins ?

Je sais comme la plupart des gens que la différence majeure se résume à la mentalité et aux habitudes. C’est sur les habitudes que se repose le succès ou l’échec.

Je suis fasciné par les hommes et les femmes à succès. Ces millionnaires et ses milliardaires qui se distingue très clairement de la masse (99% des gens) par un modèle de pensée qui mène très clairement vers des habitudes qui elles mènent à une posture : la richesse, voire l’abondance. Je vous passe en revue les 7 habitudes de riches dont j’ai pu tirer des leçons et qui aujourd’hui m’ont permis d’acquérir une richesse mentale qui petit à petit m’a mené vers une richesse en temps, en argent, en santé et en spiritualité.

1. Choisir le gain de temps face aux petites économies

Le temps fait partie des rares choses au monde que l’argent ne peut pas acheter. Et encore cela dépend de la manière dont on se positionne.

Les riches ont pour habitude d’économiser du temps plutôt que de l’argent. Toutes les personnes aisées que j’ai côtoyé ne font pas leurs courses. Elles paient quelqu’un pour le faire. Elles ne font pas  non plus le ménage. Quelqu’un est payé pour cette tâche. Elles préfèrent prendre l’avion et gagner trois ou quatre heures plutôt que prendre le train ou la voiture. Et finalement tout ça pour quelle raison ? Utiliser ce temps si intelligemment gagné pour multiplier par ou par trois ce qui a été payé à la femme de ménage ou autre afin de créer des actifs. Ou, passer des moments de qualité avec ceux qu’ils aiment. C’est de cette manière que pensent les riches.

2. Dépenser pour investir et non dépenser pour le fun

L’une des choses que j’ai apprise rapidement quand j’ai commencé à investir, c’est l’art et la manière de dépenser des riches. Quand j’étais plus jeune, je ne savais pas réellement mesurer la valeur de l’argent. J’achetais ce dont j’avais envie même s’il fallait que toutes mes économies y passent. J’entends par là que certains achats sont uniquement des dépenses, c’est à dire que vous n’en tirerez rien à part un plaisir instantané. L’année prochaine, vous y mettrez encore toutes vos économies. L’année suivante encore. C’est ce qui arrive quand vous mettez votre argent dans des ustensiles de mode qui ne servent qu’à paraître comme les smartphones, les vêtements, les voitures, etc. À la différence ces mêmes achats peuvent être des investissements si ce sont des acquisitions dont vous attendez un retour.

Les riches sont prêts à investir dans du matériel haut de gamme à condition qu’il permette d’attirer encore plus d’argent. Un pauvre achètera un iPhone à 1000€, un sac Gucci à 1500€ ou une BMW à 50.000€ pour une seule et unique raison : paraître.

3. Se projeter sur le long terme

… Il ne s’agit pas réellement d’une habitude, mais plutôt une question de culture. Je suis d’origine africaine et je sais que dans 99% des cas, les gens de ma communauté ne voit pas au-delà des 5-10 ans.

Je ne parle pas de vouloir être architecte ou footballeur, se marier, fonder une famille, avoir une belle voiture ou une grande maison. Ce genre de projection même un enfant de 10 ans peut l’avoir. Il est question de nourrir des rêves, des projets, des ambitions qui puissent être suivis par deux ou trois générations. De sorte que ce qui n’a pas fait en 5 ou 10 ans puisse être accompli en 40 ans par votre fils (ou votre fille), en 80 ans par vos petits enfants et en 100 ans par vos arrières petits enfants.

Demandez-vous pourquoi la durée de vie minimum d’une entreprise est de 99 ans. C’est tout simplement parce qu’avoir une idée qui va perdurer dans le temps oblige à faire des plans qui ne peuvent être bloqués par les premiers obstacles et qui vont même au-delà de notre mort. Se projeter à long terme oblige à  penser à la manière dont les choses vont et doivent se passer. C’est ce genre d’habitude qui aide à ne jamais abandonner. C’est également ce qui fait la force des riches.

4. Apprendre d’un ou plusieurs mentors

Les « 1% » des hommes et femmes les plus riches au monde ont pour habitude d’investir dans leur culture personnelle plutôt que dans des gadgets. Cette réalité a d’ailleurs inspiré Jim Rohn, d’où la fameuse citation : « Les pauvres ont de grandes télés, les riches ont de grandes bibliothèques ». Mais ce qu’il y a d’exceptionnel dans l’attitude des riches vis à vis de l’apprentissage, c’est que la plupart ont réussi avec des mentors.

Tout ceux qui sont arrivés au sommet et qui ont accepté de partager leurs secrets affirment avoir appris d’une personne qui avait atteint l’excellence dans son domaine. Pourquoi cette règle ? Parce que les riches appliquent ce que je nomme la sagesse pratique. Ils ne cherchent pas à réinventer la roue.

Quand on a un raisonnement de pauvre, on se dit que personne ne serait assez idiot pour donner son mode d’emploi. C’est une croyance qu’il faut absolument chasser de son esprit. En réalité, toutes les personnes qui ont réussi ont pour désir de partager leur succès. Les gens adorent parler d’eux, raconter comment ils ont fait pour créer ou développer leur entreprise, être financièrement indépendant ou même comment ils ont fait pour trouver l’homme ou la femme de leur vie. Il faut soit trouver la personne qui a déjà relevé ce défi et lui poser des questions ou soit suivre ses travaux. Il peut être question des conseils qu’on trouve sur les réseaux sociaux, un blog, un livre, un programme de formation ou un séminaire.

Je mentionnais la citation de Jim Rohn plus haut. Si vous connaissez son histoire, cette idée d’avoir une grande bibliothèque et de côtoyer des millionnaires est venue de son mentor – Earl Shoaff.

Pour conclure sur cette quatrième habitude, voici une pensée de Robert -G Allen, auteur du Millionnaire minute : « Pour réussir, étudiez la vie des personnages remarquables et vous découvrirez qu’ils ont toujours fait leur apprentissage avec un ou plusieurs mentors. »

5. Avoir plusieurs sources de revenus

En ce qui concerne les entrées d’argent, je n’ai jamais entendu ni même rencontré quelqu’un qui a bâti sa fortune en partant de zéro compter sur un salaire pour s’enrichir. Il y a d’ailleurs une règle à connaître quand on veut vous sortir de la « Rat Race » comme l’enseigne Robert Kiyosaki, l’auteur de « Père riche – Père pauvre ». Le salaire sert à vivre, donc subvenir aux besoins primaires. Ce sont les autres sources de revenus qui mènent vers la fortune.

D’ailleurs, tout le monde sait qu’on adapte toujours son style de vie à son salaire. Si vous touchez 1.500€ par mois, vos dépenses tourneront autour de cette somme. Vous en touchez 15.000, vous en dépenserez autant. Si vous gagnez 150.000€ par mois, cette rémunération ira de la même manière dans le style de vie adéquat. L’exemple parfait est celui des footballeurs. Beaucoup de sportifs de haut niveau eux ignorent cette loi qu’on appelle la loi de Parkinson, mais les hommes et les femmes d’affaires la connaissent parfaitement.

6. Entretenir sa santé

Ce point est crucial. Il y a cette habitude qu’on développe lorsque l’on est jeune… On se dit qu’on peut avaler ce qu’on veut du moment que ça a un bon goût, sans jamais se soucier des répercussions futures.

La malbouffe est une gangrène et malheureusement dans notre société, on associe le fait de mal se nourrir à la pauvreté. C’est simplement de l’ignorance ou de la paresse.

Lorsque l’on se nourrit mal ou qu’on ne fait pas de sport, on manque d’énergie. On ne trouve pas la vivacité nécessaire pour atteindre ses objectifs. Bien manger dans sa jeunesse aide à prévenir contre certaines maladies de vieillesse. Je ne suis pas diététicien, mais je sais qu’il faut varier son alimentation avec des fruits et des légumes, boire au moins 1 litre d’eau par jour et éviter les sodas.

80% des riches font du sport. Pourquoi ? Parce que faire du sport va de pair avec bien manger. Le sport permet de stimuler l’organisme, aide à contrôler le poids, mieux dormir, améliorer l’humeur et offre un regain d’énergie. C’est essentiel d’entretenir sa santé.

7. Choisir ses amis (et ne pas dépendre d’un environnement)

Quel est le point commun entre toutes les personnes qui ont rêvé un jour d’atteindre le sommet de la montagne et qui y sont arrivés ? C’est la capacité à intégrer, créer ou exploiter un accélérateur de croissance.

Choisir son environnement est l’habitude cachée des riches.

J’ai grandi en Seine-Saint-Denis à Noisy-le-Grand. Plus jeune, pour mes amis et moi c’était une fierté pour nous de crier qu’on venait du « 9.3 », mais aujourd’hui j’ai pris conscience d’une chose : vous pouvez avoir un talent fou, mais s’il n’est pas appuyé par un accélérateur de croissance, vous mettrez beaucoup de temps à atteindre le sommet. Ce que je veux dire par là, c’est que vous devez choisir les personnes qui vous entourent, les lieux que vous fréquentez et non les subir. Pourquoi ? Parce que l’environnement est un élément qui multiplie les efforts. C’est une sorte de levier. J’aime souvent dire que si vous avez pour amis quatre champions, vous deviendrez bientôt le cinquième du groupe. L’inverse est tout aussi vrai. Si vous n’êtes pas en bonne compagnie, les années vont passer et vous ne bougerez jamais.

8. Bonus : Être concentré sur un objectif à la fois et écrire

La plupart des gens qui ont du succès – ceux qui ont de riches pensées, parlent de but à atteindre (avec une suite d’étapes logiques à suivre). Ils ont un plan et savent qu’il faut avoir des objectifs clairs et précis. De l’autre côté, ceux qui éprouvent énormément de difficultés à aller de l’avant ont plusieurs objectifs ans aucune logique – qu’ils souhaitent atteindre en même temps. Ça n’a pas de sens…

On souhaite tous quitter un emploi qui ne nous valorise pas, créer notre propre entreprise, augmenter nos revenus ou trouver le bon partenaire de mariage, mais si on ne sélectionne pas l’objectif le plus important à attendre et qu’on en fait pas une priorité (avec un plan d’actions clairement défini), on ne fait que rêver.

Il a été prouvé que si vous écrivez vos objectifs, vous aurez plus de chances de les atteindre. C’est ce que font les riches. Ils écrivent leurs rêves de sorte à ce qu’ils puissent les relire chaque jour.

Marius-sig