Discipline


3 mn de lecture

Reading Time: 3 minutes

Lorsque l’on pense au mot discipline, la plupart du temps, on a pour référence l’équation suivante :  discipline égal restrictions. 

Est-ce pour autant vrai ? Je n’en suis pas si sûr… Voici, en mon sens la bonne équation :

Discipline égal liberté de choix 

Prenons par exemple la discipline de la fourmi (généralement liée au domaine financier). Si vous êtes discipliné comme une fourmi, vous développerez toutes les compétences inhérentes à l’argent : faire ses comptes, épargner et investir… dans le but de faire fructifier les sommes investies. Une fois que votre capital de départ vous sera rendu, vous obtiendrez des bénéfices. Vous aurez donc de quoi prendre des vacances ou faire un gros achat sans que cela ne vous coûte un crédit. Donc plus d’argent.

La discipline mène à des habitudes constructives. À l’inverse, le manque de discipline conduit à des habitudes limitatives. Celles qui vous empêchent d’exploiter l’étendue de votre potentiel.

Un autre exemple. Vous allez vous dire que je suis un amateur des fables de la fontaine. Pas vraiment. J’aime simplement les histoires qui ont du sens.

Donc, si vous développez la discipline de la marmotte, vous lèverez toujours à l’heure qu’il faut pour aller au boulot, vous aurez également développé l’habitude d’être en retard et bien évidemment, vous vous plaindrez toujours de manquer de temps. Ne dit-on pas que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt ?

Une meilleure discipline

« Marius, si tu ne sais pas discipliner ton corps, c’est ton corps qui va discipliner ton esprit… »

C’est le discours que j’ai tenu au moment où j’ai réalisé que rien n’allait dans ma vie. J’arrivais toujours en retard au rendez-vous. Je me souviens même avoir raté des vols pour des voyages d’affaires. Et autre chose, à l’époque je gagnais assez bien ma vie, mais je ne savais pas ce que je faisais de tout cet argent. J’étais tout le temps à découvert. Tout ce qui m’arrivait était lié à un seul et même mal : le manque de discipline.

Pour dire vrai, je n’avais jamais établi de règles de vie qui pouvaient me rappeler que mon corps avait plus de pouvoir sur moi que je n’en avais sur lui. Or, c’est exactement de ça qu’il s’agit quand on parle de discipline. Lorsque vous savez que vous devez faire quelque chose et vous le faites. Même quand vous n’en avez pas envie. Vous respectez vos propres règles, vous vous fixez un cadre et vous exercez une maîtrise sur vous-même.

Si vous sortez du cadre et ne respectez pas vos engagements, vous êtes sous contrôle. Sans discipline, vous risquez de détruire tout ce que vous avez pu construire avec difficultés.

La discipline et les mauvaises habitudes

Sachez une chose, les règles que vous vous fixez n’ont aucunement pour objectif de vous emprisonner. Loin de là. Voyez-les plutôt comme des jalons qui vous indiqueront que vous êtes sur la bonne voie. Celle que vous avez choisi délibérément d’emprunter. 

Donc qu’il s’agisse de vous coucher plus tôt, de prendre soin de votre alimentation ou de vos finances. Avec la discipline, vous pouvez construire de nouvelles habitudes et déconstruire celles qui vous empêchaient de vivre la vie rêvée. Ne faites pas l’erreur que j’ai fait en blâmant la terre entière. Si je n’accusais pas l’état, c’était ma banque que j’accusais. Tout le monde était responsable, sauf moi.

Je sais désormais que là où il n’y a pas discipline, il n’y a pas de résultats différents ! Le seul désir de changer sa vie ne suffit pas. Il faut s’engager à lutter contre la seule personne qui s’oppose à soi  : soi-même !

 

Marius-sig