Avoir confiance en soi


3 mn de lecture

Reading Time: 3 minutes

Avant d’avoir tout échoué, je ne savais pas vraiment ce que c’était que d’avoir besoin de retrouver confiance en soi. J’étais quelqu’un à qui presque tout réussissait. J’étais patron à 24 ans et fier de n’être jamais être passé par la case salariat. Je gagnais plus que convenablement ma vie et j’étais heureux. Puis, il est arrivé la période où j’ai commencé à cumuler des dettes, où j’ai fait couler ma boîte, où j’ai perdu mon appartement, où je me suis retrouvé sans un sous en poche, où j’ai été hébergé par mes proches… 

Je pensais avoir touché le fond. Le plus dur a été de réaliser que tout ce que j’entreprenais pour sortir la tête de l’eau n’aboutissait à rien. J’ai commencé à me sentir nul, nul au point de me laisser aller. Cette expérience m’a aidé à  comprendre ce que peut ressentir une personne dont la confiance est brisée, mais également comment un changement de perspective peut permettre de retrouver confiance en soi. 

L’image que véhicule une personne révèle souvent son degré de confiance

Savez-vous pourquoi presque personne n’a d’estime pour les hommes et les femmes qui font la manche ?

C’est parce que la plupart des gens jugent à l’apparence. L’image que renvoie un SDF n’inspire pas confiance : elle pousse tout au contraire à l’indifférence, la méfiance et quelquefois au dégoût.

Supposons maintenant qu’une personne avec un costume trois pièces (ou un beau tailleur) vienne vous demander une pièce ou deux pour acheter son billet de train (afin de rentrer à la maison). Est-ce que vous porteriez un regard indifférent sur elle ? Peut-être bien que non !

Il m’est arrivé à différentes reprises d’être abordé par des gens présentables. J’ai pris le temps de les écouter et d’imaginer qu’il s’agissait de personnes responsables à qui il était arrivé un pépin. Et comme ça arrive à tout le monde de rencontrer ce type de problème, j’ai donné bien plus que ce qui m’a été demandé. Le hasard voulant, j’ai rencontré une deuxième et une troisième fois ces mêmes personnes.

Voici là où je souhaite vous amener : l’apparence et la confiance en soi sont étroitement liés. Cette connexion fonctionne dans les deux sens. Une belle apparence influe sur l’environnement intérieur et extérieur de tout individu. Donc, dans notre cas, la confiance en soi. L’inverse est tout aussi vrai. Une apparence négligée ne joue en la faveur de personne. Nous pourrions aller plus loin en disant que l’apparence mène à un certain nombre d’actions qui garantissent un degré de confiance plus élevé que la moyenne.

À Dallas (aux USA), un institut de gérontologie a financé un programme visant à renforcer la confiance d’un groupe de femmes d’âge mûr. Ces dames ont pu bénéficier chaque semaine de séances de massage et de maquillage. Après six mois de soins de beauté, les participantes ont témoigné avoir repris goût à la vie. À 83 ans, certaines affirmaient avoir trouvé le but de leur vie. D’autres, disaient avoir la peau d’une personne de 50 ans. Comme quoi le changement d’une apparence peut révéler le potentiel (ou l’image intérieure) d’une personne.

La confiance en soi émane d’une conviction dont la source est la vision 

Il ne s’agit pas de notions clés évoquées par la plupart des professionnels du bien-être, mais le résultat d’études scientifiques. Amy Cuddy, une enseignante de Harvard a démontré avec sa recherche que le simple fait de représenter dans son esprit l’image de la personne qu’on souhaite être, pouvait aider à retrouver confiance en soi.

Les sujets de son étude ont constaté une nette augmentation de testostérone (hormones liées à la confiance) et une réduction de cortisol (hormones liées au stress). 

L’idée principale qu’on pourrait en tirer est la suivante : faites comme si jusqu’à ce que vous deveniez ce que vous envisagez de devenir.

 

Du côté de Psychologie Magazine

  • Travail : osez l'imperfectionTravail : osez l'imperfection
    [HAPPY WORK] Assumer de ne pas tout savoir, reconnaître ses erreurs, savoir s’excuser… En entreprise, il est urgent de mettre…
  • Elles veulent faire un bébé toutes seulesElles veulent faire un bébé toutes seules
    Elles sont dans la trentaine et désirent devenir mère. Mais elles sont célibataires ou n'ont pas de compagnon prêt à…
  • Est-ce qu’on se pose trop de questions ?Est-ce qu’on se pose trop de questions ?
    C’est notre activité préférée. L’enfant, dès qu’il est en âge de parler, s’interroge. Les philosophes y consacrent toute leur énergie.…
  • Ce que la réussite a changé en moiCe que la réussite a changé en moi
    Un animateur, une écrivaine, un comédien, une sportive, une chef cuisinière... D’origine modeste, tous ont "réussi". Nous les avions interviewés…
  • J’ai envie de faire l'amour quand…J’ai envie de faire l'amour quand…
    Un corps entraperçu sous la douche ; le ronronnement d’un sèche-cheveux… Le désir a ses raisons que la raison ne…
  • Esther Perel : les couples ont besoin d'airEsther Perel : les couples ont besoin d'air
    La psychothérapeute Esther Perel met en garde les couples trop proches, trop… amoureux ! Car, dit-elle, « l’érotique exige de…
  • Les signes qui montrent que vous avez besoin d'une détox santéLes signes qui montrent que vous avez besoin d'une détox santé
    Foie, reins, peau... Ce sont eux qui, jour après jour, nettoient notre organisme et nous procurent notre tonus. Mais quand…
  • La fatigue : nouveau mal du siècle ou revendication sociale ?La fatigue : nouveau mal du siècle ou revendication sociale ?
    Fatigue, burn-out, surcharge mentale… ces notions prennent une nouvelle ampleur avec les restrictions liées à la pandémie. Pourquoi parle-t-on autant…
  • Tout conflit peut se transformer en un dialogue paisibleTout conflit peut se transformer en un dialogue paisible
    Et si la paix des hommes reposait sur le langage? Apôtre de la communication non violente ou CNV, Marshall Rosenberg…
Propulsé par Flux RSS WordPress